Interviews

Interview : Darko Esser / Tripeo

Promoteur le jour, DJ et producteur la nuit, Darko Esser aka Tripeo est un fier représentant de la scène techno Néerlandaise à travers le monde entier. Adepte d’une techno sombre et incisive tout comme des sons plus expérimentaux, l’homme aux quatre labels n’a pas fini de faire parler de lui.

Hello Tripeo ! Content de t’avoir parmi nous !

Tripeo : Salut à toi ! Plaisir partagé !

Co-fondateur du label Wolfskuil Records, promoteur chez Doornroosje, DJ,
producteur sous différents alias… A quoi ressemble ton quotidien ?

Tripeo : Mouvementé ! [Rires] J’essaye de trouver un équilibre parmi ces différents rôles que j’endosse chaque jour. Il y a des jours où je suis plus efficace que d’autres. Tout est question de savoir gérer son temps. Mon boulot de promoteur est le plus important pour moi, c’est mon ‘vrai’ boulot. Tout le reste s’articule autour de ce travail. Heureusement, le club me donne énormément de libertés, ce qui me permet de voyager et d’établir mon propre emploi du temps. Pendant mes heures de travail, je peux par exemple travailler pour mes labels et écouter les promos que je reçois. En parallèle, quand je suis sur la route, je m’occupe des bookings pour le club. De nos jours, tout est plus simple : mon bureau est en ligne donc j’ai juste à me logger pour pouvoir travailler depuis n’importe où dans le monde du temps que le WiFi est là !

Darko Esser, Tripeo… Qui sont-ils ?

Tripeo : Darko Esser est mon véritable nom. Par conséquent, les DJ sets que je joue et les productions que je sors en tant que Darko Esser ont plus tendance à être le reflet de mes goûts personnels en un sens. Quant à Tripeo, c’est un alias que j’ai crée il y a 4 ou 5 ans. C’est parti de rien, ce n’était pas sérieux à la base, c’était juste pour le fun. Tripeo ne reflète qu’une infime partie de moi-même, c’est mon côté techno. C’est en quelque sorte une vision moderne de la techno des années 90 que j’affectionne particulièrement.

Wolfskuil, Wolfskuil LTD, Balans, Tripeo… Pourquoi quatre labels ?

Tripeo : Je considère que Wolfskuil et son sous-label Wolfskuil LTD ne font qu’un, donc ça ne fait déjà plus que trois ! [Rires] Wolfskuil ne se limite pas à un seul genre : mes goûts évoluent en permanence et régissent la politique musicale du label.
Le label principal est plutôt destiné aux clubs et aux albums, tandis que le sous-label est davantage orienté scènes underground et parfois même home-listening. J’ai cependant crée Balans pour la simple et bonne raison que je recevais trop de demos et je ne pouvais pas tout sortir sur Wolfskuil. C’était logique pour moi de lancer un nouveau label purement dédié à la techno taillée pour le dancefloor !
Quant au label Tripeo, je le garde pour mes propres releases étant donné que je ne sors pas vraiment mes productions sur d’autres labels. C’est la plateforme parfaite pour sortir mes propres sons et les collaborations avec les autres artistes comme par exemple celle avec Cadans sortie en début d’année.

Tu as déjà joué dans de nombreux pays et bon nombre de clubs… Quel est ta destination préférée ?

Tripeo : C’est impossible pour moi de n’en choisir qu’une. J’ai vécu tellement d’expériences différentes, mais toutes aussi incroyables les unes que les autres. Toutefois, j’avoue avoir une certaine connexion avec l’Argentine, la Georgie, la Colombie, l’Espagne, la France et l’Italie par exemple. Mais j’ai également vécu des moments inoubliables en Australie et au Japon. J’ai un faible pour les scènes émergentes et les lieux qui sortent des sentiers battus : l’élan de fraîcheur qu’ils apportent m’inspire énormément.

Devenir artiste a-t-il toujours été un but pour toi ?

Tripeo : En réalité, c’est quelque chose dont je rêvais mais je ne pensais pas que cela se produirait un jour ! D’ailleurs, je me pince régulièrement pour vérifier que tout ceci est bien réél ! J’ai de la chance, après toutes ces années, d’être toujours considéré comme un artiste ! [Rires]

« Cette culture de la musique électronique aux Pays-Bas est quelque chose dont je suis fier ! »

“Cette prediction utopique quant au future du disque est une musique à mes oreilles !” Ce sont tes paroles à propos des déclarations faites sur le vinyle haute-définition. Peux-tu nous en dire plus ?

Tripeo : C’est une nouvelle technique de découpe et de pressage des vinyles pouvant aboutir à 30% de capacité et de volume sonore supplémentaires, et à une fidélité auditive deux fois meilleure à celle d’aujourd’hui. La technologie du vinyle n’a quasiment pas connu d’évolution depuis les années 70, donc je suis curieux de découvrir comment va sonner cette nouvelle génération de vinyles ! [NDLR : article original]

Le mois dernier, tu as sorti le track Yfur sur un autre label hollandais, MORD Records, le label de Bas Mooy. Comment expliques-tu le développement exponentiel de la scène techno aux Pays-Bas ?

Tripeo : A vrai dire, ça fait longtemps que la scène techno se porte bien en Hollande ! Artistes et promoteurs travaillent main dans la main. On dirait que la population néerlandaise a compris qu’il fallait s’entraider les uns les autres pour que cette culture électronique prospère durablement. Il n’y a pas de place pour l’individualisme. A côté de ça, notre gouvernement reconnaît la musique électronique comme étant une véritable culture, ce qui rend l’organisation d’évènements ou encore l’entreprenariat musical moins compliqué que ce que j’ai vu ou entendu dans d’autres pays. Je suis plutôt fier de cette culture de la musique électronique aux Pays-Bas !

Quoi de prévu pour Darko Esser/Tripeo et ses labels ?

Tripeo : Actuellement, je suis en pleine création musicale au studio. Je travaille également sur d’autres projets avec des potes. Quelques remixs sont prévus sur Suburban Avenue et Technorama et devraient sortir dans les mois prochains. Début 2017, plusieurs singles verront le jour sur le label Tripeo et sur Under Recordings, le label de l’Under Club à Buenos Aires. Chez Wolfskuil, on va sortir des tracks de Cadans, DJ Red, Rumah et bien d’autres encore. Et aujourd’hui, c’est le tout nouvel EP du français Shlomo qui sort ! Concernant Balans, 3KZ y fera ses débuts, suivi par les artistes habituels qui sont déjà en train de produire les nouvelles sorties !

Un grand merci à toi Darko, reviens quand tu veux !

Plaisir partagé, à bientôt !

Top de la semaine

To Top