Interviews

Interview : Tiga

Avec No Phantasy Required, le canadien Tiga met la touche finale à une trilogie d’albums. On y retrouve des collaborations avec LCD Soundsystem, Depeche Mode, The XX ou encore Moby, qui contribueront même aux prochains lives du DJ/Producteur. Pour Tiga, « les sons ont leur propre langage et parlent d’eux même. » On va quand même essayer de lui poser quelques questions, à l’occasion de son passage éclair à Paris.

Que penses-tu de la techno en 2016 ?

Tiga : Je pense que les dernières années ont été très bonnes pour la musique techno. De très bons artistes ont sortis de très belles choses. Donc oui, je pense que la techno se porte bien en ce début d’année !

Tu es assez proche de l’équipe de Bromance, tu peux m’en dire un mot ?

Tiga : Ils sont très cool ! J’aime beaucoup toute l’équipe… Brodinski fait du très bon travail, les morceaux de Louisahhh!!! avec Maelstrom me plaisent vraiment.

Justement, Brodinski, peux-tu me parler de lui ?

Tiga : C’est une personne vraiment cool. Il est très spécial, il me fait toujours sourire, il me rend heureux. Et il a toujours été comme ça ! Je n’ai jamais vraiment compris la connexion qu’il essayait d’établir entre la techno et le hip-hop cependant. Aujourd’hui, je m’intéresse de plus en plus au hip hop… Je commence à comprendre ce qu’il fait depuis ces dernières années. Ce n’est pas facile ! Mais il y croit, il adore ça, et c’est génial.

Que peux-tu me dire au sujet de Montréal ?

Tiga : C’est ma maison ! Peu importe où je vais, je voyage beaucoup, Montréal reste ma maison. Je vis là-bas, c’est mon havre de paix. Montréal ne ressemble en rien aux autres villes. Il y a un sentiment de liberté quand je reviens au Canada.

Parles-moi de Turbo Recordings ?

Tiga : C’est mon label depuis maintenant 18 ans… On a beaucoup de très bons artistes, de nouvelles têtes aussi, avec de nouvelles sorties qui arrivent cette année. On a toujours le même objectif !

Quelques mots sur ZZT, ton projet avec Zombie Nation ?

Tiga : On n’a pas sorti grand chose ces derniers temps. Le projet a pris fin il y a 3 ans maintenant. C’était un moyen de m’échapper de mon projet solo. Mais aujourd’hui, mon album est fini, je pourrais peut-être revenir en studio avec Zombie Nation !

La première fois que j’ai entendu ZZT, c’était Justice il y a 3 ou 4 ans qui passaient Party Over Los Angeles à Paris… Très bonne track !

Tiga : Oui j’adore ce morceau ! Justice a toujours été un énorme support pour nous. Ils ont remixé une de nos tracks d’ailleurs.

Tu as un show sur la BBC Radio 1 ? My Name Is Tiga ?

Tiga : Ça a duré 2 ans. Très cool à faire, très bonne expérience. Beaucoup de travail cependant… J’allais souvent à Londres pour faire l’émission. J’ai adoré passer des nouvelles tracks de nouveaux artistes.

Pour parler de ton nouvel album, qu’as-tu à me dire à ce sujet ?

Tiga : J’aime bien laisser les gens décider de ce qui a changé entre les différents albums. Voir ce qui évolue. C’est très dur d’en juger par soi-même.

Donald Trump ?

Tiga : Il y a une chose que j’aime beaucoup chez lui. J’aime bien les gens qui sont confiant, et qui ne s’excusent jamais. Qui ont un capital confiance important. Mais, ça ne change pas le fait qu’il est un *asshole* raciste. Je le déteste vraiment. Les gens qui ont beaucoup d’argent et qui se prennent pour plus intelligent que la moyenne me répugne. Il est né dans une famille riche, il en a hérité. Point final. Il n’a aucun mérite là-dessus. Et abuser de cet aspect pour faire pression sur les autres, c’est très bas intellectuellement. Mais bon, il sait ce qu’il fait.

Merci à Tiga et à Phunk Promotion.

Dernier album No Phantasy Required disponible depuis le 4 Mars 2016.

Top de la semaine

To Top