Electronic

Interview : Digitalism

En attendant la sortie de son nouvel opus Mirage prévue pour le 13 mai 2016, le duo electro punk Digitalism ne fait pas les choses à moitié puisqu’il vient d’en dévoiler trois extraits, UtopiaBattlecry et The Ism. Cerise sur le gâteau, les Allemands partiront en tournée en Europe dès le mois prochain. Rencontre !

Il y a 12 ans, votre premier single Idealistic sortait, en autoproduction. Aujourd’hui vous jouez partout, tout le temps, et continuez de sortir des tracks chaque année. Comment expliquez-vous ce succès ?

Digitalism : La première sortie était vraiment pour le plaisir, on faisait ça pour s’amuser. On écoutait beaucoup de musique, comme des fans… On ne s’imaginait certainement pas en arriver là aujourd’hui !

Comment en êtes-vous arrivé à ce mélange de musique électronique et punk ?

Digitalism : C’était plutôt embêtant de bosser sur un seul genre… Pour nous je veux dire ! C’est vraiment plus excitant de combiner plusieurs genres. Le nouvel album combine beaucoup de genres. C’est venu naturellement.

Votre troisième opus, Mirage, sortira le 13 Mai prochain. Avez-vous la même vision du projet Digitalism depuis 10 ans ?

Digitalism : Il y a 10 ans, on n’avait pas de vision ! Lors de notre première sortie, on était très sûr de ce qu’on voulait faire. Aujourd’hui, on est un peu plus relax là-dessus, on se laisse plus aller. On n’a pas la même vision de la musique en sortant de l’école c’est sûr… Musicalement, on reste dans l’attente de quelque chose nouveau, on essaie d’aller voir ailleurs pour expérimenter.

Votre cover nous fait penser à celle de Pink Floyd, c’est voulu ?

Digitalism : Quand on a fini notre album, on a trouvé un nom, et on en a parlé à notre manager pour trouver un graphiste. Il a trouvé un artiste Japonais, qui vit à New York. Il avait déjà bossé pour The Presets, Tame Impala, et il a adoré notre musique. On lui a donné le nom du disque et ça l’a inspiré ! Ça représente une vraie illusion. L’album est un peu prog-rock, donc on reçoit souvent cette question par rapport à Pink Floyd.

Vous restez inspiré par les labels indépendants ?

Digitalism : On écoute beaucoup de choses. Ça n’avance pas à grand chose de copier ce qui marche, car ce qui est dans le top 10 n’y reviendra pas. On ne peut pas copier et espérer y arriver. Donc on écoute autre chose !

Quelle place a eu Kitsuné dans votre carrière ?

Digitalism : Une place très importante ! Kistuné n’avait jamais sorti d’album avant nous. Du début à la fin, ils ont vraiment contribué à l’essor du projet. Ils ont fait de nos rêves des réalités, et ça c’est vraiment important. C’est une étape majeure.

Vous préféreriez jouer en DJ Set ou en Live pour le reste de vos jours ?

Digitalism : Les deux ! Impossible de choisir, les deux sont inséparables !

Merci à Digitalism, à HIM Média, à Lucas L., à Bilel B., et à Kelly D.

Nouvel album Mirage disponible le 13 Mai prochain.

Top de la semaine

To Top