Interviews

Interview : Chevalrex

© Pauline Panassenko

Rémy Poncet a.k.a. Chevalrex revient sur le devant de la scène française après 3 ans d’absence (et beaucoup de travail). Il est à l’origine du disque, mais aussi des paroles et de la cover de ce nouvel album, intitulé Futurisme. Le 10 juin prochain sortira donc l’oeuvre la plus complète de Chevalrex à ce jour. Rencontre !

Hello Chevalrex, quoi de neuf depuis 2013 ?

Chevalrex : Hello, vous attaquez fort ! beaucoup de choses depuis 2013, sûrement beaucoup trop d’ailleurs, mais principalement l’écriture/enregistrement de ce disque, Futurisme, et la réalisation d’images pour les autres, des pochettes de disques, des affiches…

Il paraît que tu es à l’origine de la musique, des paroles, et même de la cover de ton nouveau disque ? D’où vient cette envie de tout vouloir contrôler ?

Chevalrex : C’est un peu la façon que j’ai de faire les choses depuis toujours. J’ai commencé par enregistrer mes musiques/chansons vers 15 ans dans ma chambre, avec un 4-pistes K7. Pour chaque K7, je faisais une pochette. L’image, l’écriture, l’enregistrement ont donc toujours été très liés. Je ne dirais pas que c’est pour pouvoir tout contrôler mais plus parce que je prends un réel plaisir à chacune de ces étapes de travail et que ça me semble avoir du sens.

Qu’est-ce-qui a changé depuis Catapulte dans ce nouvel album ?

Chevalrex : Dans le processus, c’est assez proche de Catapulte, je l’ai enregistré seul, chez moi. Mais le véritable changement a été l’étape de finalisation du disque. C’est à ce moment là qu’on a commencé à discuter avec Franck de Vietnam. Il trouvait le disque super et m’a proposé de le sortir mais en suggérant de refaire les voix, qu’il trouvait perfectibles. On est donc assez vite tombé d’accord sur le fait de les refaire, parce que la voix a toujours été la chose sur laquelle je passe le moins de temps (et que ça se sentait sur l’enregistrement initial). À partir de cette discussion, on a aussi décidé de faire mixer le disque entièrement par Angy Laperdrix. On a donc repris le travail pendant un gros mois. C’était une première pour moi de partager cette étape de travail et de m’en remettre au savoir-faire d’un mixer. C’est à la fois très proche de la version initiale et une véritable révolution, tout a gagné en clarté, en puissance… Angy a vraiment fait un boulot remarquable.

Pourquoi avoir signé chez Vietnam, le label de Franck Annese ?

Chevalrex : Ça a été assez simple et naturel, Franck a une approche des choses que j’apprécie beaucoup, très directe et souvent assez fine. À partir du moment où il m’a dit qu’il pensait qu’on pouvait aboutir à un meilleur disque en retournant un peu sur l’établi, l’affaire a été pliée en 2 mails. La seule chose qui pouvait me convaincre était de rencontrer quelqu’un d’aussi passionné que je le suis, et qui ne cherche pas à dénaturer l’élan initial, le souffle.

Où en est la chanson française aujourd’hui ?

Chevalrex : Je crois qu’elle se porte bien, mais il faudrait le lui demander directement ! Je suis en tout cas très attentif aux nouveaux projets, aux choses qui émergent, via La Souterraine notamment. Il y a un fourmillement assez enthousiasmant, une saine effervescence. Sur la dynamique et l’esprit, c’est remarquable.

Chevalrex

Crédit photo: Julien Bougeois

Quel est ton rapport justement à ce genre musical ? D’où vient-il ?

Chevalrex : Ça n’a jamais été un genre/style de prédilection pour moi. J’en écoute assez peu. Malgré tout, adolescent, j’ai été très marqué par le label Lithium, avec les premiers Dominique A., Mendelson, Jérôme Minière, Diabologum… mais la fin du label a coïncidé avec une sorte de désintéressement de ma part pour la « chose » musicale en français. Les quelques figures que je suivais avec attention étaient devenues un peu moins singulières, ou bien mon oreille s’est lassée… enfin, j’y reviens doucement, via quelques outsiders comme Arlt, Eddy Crampes ou Rémi Parson par exemple… des artistes qui arrivent à conjuguer une vision musicale singulière et des textes forts, qui ne cherchent à ressembler qu’à eux-mêmes.

Un album pour bientôt, une tournée en 2016 ?

Chevalrex : La sortie du disque est finalement repoussée au 10 juin mais d’ici là, il va y avoir quelques concerts à Lille, Toulouse, Paris, Grenoble, Lyon, Valence. Avec sûrement d’autres concerts cet automne aussi, il devrait y avoir pas mal d’apparitions !

Merci à Chevalrex et à Because Music.

Sortie du nouvel album Futurisme le 10 juin prochain.

Top de la semaine

To Top